Actualités

Image

Journée Mondiale de Lutte contre le Sida

Avec le Collectif des Associations de Lutte...

Lire la suite

Image

SIDACTION - SAMEDI 24 MARS 2018

  A l’occasion du SIDACTION 2018, le...

Lire la suite

Ateliers 1er semestre 2018

Cliquez pour visualiser le programme de nos...

Lire la suite

Plus d'articles...

Infos pratiques

 

Réseau Ville Hôpital HEPSILO

Grand Espace de Santé

1 Rue Porte Madeleine

BP 2439

45032 ORLEANS CEDEX 1

 

tél. :  02 38 61 33 42

fax :  02 76 34 16 38

 

Horaires d'ouverture

Ouvert du lundi au jeudi :

de 9h à 12h30 et de 14h à 17h

Le vendredi de 9h à 12h30

 

Accès :  anciennes urgences pédiatriques

Parkings les plus proches :

Chats Ferrés et le Baron

Arrêt TRAM B : Croix Morin

Accueil Fiches santé Hépatite C : je comprends sa transmission et son évolution
Hépatite C : je comprends sa transmission et son évolution

L’hépatite C est une maladie du foie due à un virus (VHC), dont souffrent environ 150 millions de personnes dans le monde et environ 600 000 en France.  

 

Qu'est-ce qu'une hépatite C ?

L'hépatite C est une maladie infectieuse du foie provoquée par un virus : le VHC. Il existe plusieurs variétés de VHC appelées génotypes : 6 génotypes différents ont été identifiés.

 

Est-ce contagieux ?

Oui, l'hépatite C est une maladie contagieuse. La contagion se fait essentiellement par voie sanguine. Le contact direct avec le sang d'une personne infectée est le mode de transmission le plus fréquent.

 

Comment est-on infecté(e) ?

La contamination par le VHC se rencontre dans deux situations principales :

  • Soit lors d'une transfusion sanguine pratiquée avant 1992, date à partir de laquelle le dépistage systématique des donneurs de sang s'est généralisé.
  • Soit lors de l'usage de drogues (partage de seringue ou de matériel de préparation de drogue, inhalation de cocaïne par voie nasale à l'aide d'une paille).

Le risque est aussi présent lors de l'utilisation de matériel contaminé servant au tatouage, au perçage corporel, à l'acupuncture sans matériel à usage unique. Dans certains cas, il peut aussi se transmettre par voie sexuelle en cas de rapports traumatiques, avec extériorisation de sang. Le risque lié aux actes et aux examens médicaux est devenu exceptionnel.

 

La transmission peut-elle se faire par voie sexuelle ?

Non. Le risque de transmission par voie sexuelle est considéré comme nul, d'ailleurs l'usage d'un préservatif n'est pas justifié chez un couple stable, dont un des partenaires est positif pour l'hépatite C. Cependant, il peut y avoir transmission par voie sexuelle en cas de lésions génitales ou de rapports traumatiques, avec extériorisation de sang. Dans ces cas, l'usage du préservatif est recommandé.

 

Comment sait-on que l'on est atteint(e) ?

Un quart des malades présentent certains signes caractéristiques pouvant alerter, tels que l'ictère (la jaunisse), les nausées, les vomissements et la fatigue. La seule façon de savoir si on est infecté(e) est de faire un test de dépistage. Votre médecin peut vous prescrire une prise de sang spécifique.

 

Comment ma maladie évoluera-t-elle ?

Il y a une première phase dite « aiguë », au cours de laquelle les signes d'hépatite peuvent passer inaperçus. Cette phase survient dans les semaines suivant la contamination. En dehors de quelques cas graves avec destruction rapide du foie, la maladie peut se limiter à une phase aiguë. L'hépatite C guérit spontanément dans 30 % des cas chez l'adulte. Si elle se prolonge au-delà de 6 mois, ce qui signifie que votre organisme n'a pas pu éliminer le virus, l'hépatite devient alors chronique. Cette chronicité peut se dérouler sans que le virus développe une action néfaste pour le foie. Mais, dans la plupart des cas, cette phase inflammatoire peut conduire à une fibrose, puis à une cirrhose et entraîner un cancer du foie.

 

Existe-t-il des traitements ?

Oui. Il existe des traitements dont le but est de s'opposer à la multiplication du virus et d'empêcher l'évolution de la maladie vers la cirrhose, puis vers le cancer. Tous les patients ne sont pas systématiquement traités. La décision de traitement dépend de l'état général du patient, des maladies associées et du niveau de fibrose évalué par biopsie hépatique, scores biochimiques de fibrose ou Fibroscan®. Le pourcentage de guérison et la durée du traitement dépendent du génotype du VHC. Grâce aux nouvelles molécules qui arrivent sur le marché, essentiellement chez le malade de génotype 1, ce taux de guérison va beaucoup augmenter dans les années à venir.

 

Le virus peut-il être présent dans l'eau ou dans certains aliments ?

Non. Le virus n'y est pas présent. La contamination ne peut se faire que par de l'eau ou des aliments souillés.

 

Enceinte, puis-je contaminer mon bébé ?

Le risque de transmission existe lors de la grossesse et au moment de l'accouchement. Il est de 2 à 8 % pour un accouchement par voie naturelle ou par césarienne. On estime qu'un tiers des enfants contaminés à la naissance auront un risque d'évolution de la maladie.

 

Je suis aussi infecté(e) par le VIH, comment cela va-t-il se passer pour moi ?

La baisse des défenses immunitaires due à l'infection par le VIH accélère l'évolution de l'hépatite C vers la cirrhose et le cancer du foie. Le risque de toxicité des médicaments est aussi plus grand. Il faut savoir que les médicaments contre le VHC sont moins efficaces si on est infecté(e) par le VIH, il faut donc traiter souvent plus longtemps.

Même si la maladie est peu symptomatique, il est important de suivre un traitement quand il est prescrit. Depuis 1992, le test de dépistage des donneurs de sang a supprimé le risque de transmission du virus lors d'une transfusion. Le risque lié aux actes médicaux est devenu exceptionnel. 

 

agence web : youneed